feat. marie pierre brunel
rebecka tollens, wataru kasahara
du 31/01/2017 au 25/02/2017
arts factory _ bastille

27 rue de charonne 75011 paris _ métro : ledru-rollin & bastille
du lundi au samedi de 12h30 à 19h30 _ infoline : +33(0)6 22 85 35 86
vernissage le lundi 30 janvier 2017 de 17h à 21h
# event facebookphoto report : vernissage # exposition #

© rebecka tollens courtesy arts factory


DAYDREAM / DARKNESS / DISGRACE
une exposition de Rebecka Tollens, Marie Pierre Brunel & Wataru Kasahara
 
Après un cycle d'événements marquant les 20 ans de la galerie, Arts Factory revient pour son premier rendez-vous de l'année à l'ADN de sa programmation ; le défrichage de la scène graphique avec la mise en avant de talents émergents. Articulée en trois volets, l'exposition DAYDREAM / DARKNESS / DISGRACE réunit du 31 janvier au 25 février 2017 un trio d'artistes internationaux évoluant entre dessin contemporain, peinture expressionniste et art outsider.
 
DAYDREAM / REBECKA TOLLENS

Née en 1990 à Stockholm, cette jeune artiste à la double culture franco / suédoise étonne déjà par son parcours atypique et la maturité de sa production. Si elle se destine tout d'abord au droit international, Rebecka, après une mission humanitaire au Ghana et un road-trip de cinq mois en Amérique du Sud, change radicalement de voie en 2011 pour se lancer dans des études d’illustration à Paris. Pas vraiment à l’aise avec le formatage souvent imposé par les premières années de ce cursus, elle développe très vite ses propres projets, réalise des pochettes de disques pour ses compatriotes Say Lou Lou, collabore avec Lisa Alma, crée des affiches pour Aurora ou le groupe Grand Blanc, tout en s'essayant à l'auto-édition. A la faveur d’un stage en 2013, Rebecka rencontre Effi Mild et Laurent Zorzin, les fondateurs de la galerie Arts Factory, alors sur le point d’ouvrir leur nouvel espace de la rue de Charonne. Ces infatigables têtes chercheuses repèrent au détour de carnets de recherches les bases d’un univers singulier et l’encouragent à mettre de côté les contraintes liées à l’illustration, pour évoluer vers un dessin plus personnel. Peu à peu les idées jaillissent, les croquis s’enchaînent, gagnent en profondeur et les deux galeristes programment la très remarquée exposition VIENS! au mois de mars 2015, alors même que Rebecka est encore étudiante, terminant un Master à l’Ecole de Condé.
 
Des fêlures de l’enfance à l’inconstance des hommes, Rebecka Tollens livre un regard lucide et sans concession sur son éducation, l'apprentissage du désir féminin, les rapports amoureux. De repas de famille surréalistes en relations sans lendemain, ce quotidien parfois douloureux, souvent cocasse, est dépeint avec un féminisme largement assumé et revendiqué. Exécutés à la mine de plomb et portés par un indéniable sens de la composition, les sujets abordés sont adoucis par d’oniriques paysages, réminiscents de ses années passées en Scandinavie. Les séries de dessins dévoilées dans le cadre de l'exposition DAYDREAM évoquent de nouvelles expériences vécues lors de récents voyages au Japon et en Colombie. Elles explorent également des territoires plus intimes, à l'image de ceux évoqués dans le très beau recueil "Same thing happened this night" édité par l'Atelier Césure, où Rebecka Tollens nous donne les clés de son étrange "science des rêves". 
 
© rebecka tollens courtesy arts factory
rebecka tollens - "harmoniuum", 2016 - mine de plomb sur papier - 30 x 40 cm

DARKNESS / MARIE PIERRE BRUNEL

Marie Pierre Brunel est née en 1985. Originaire de Montbéliard, elle vit et travaille à Paris. A l'instar de sa formation passée par l'École européenne supérieure de l’image d’Angoulême puis l'École supérieure d’art et de design de Marseille, le travail de Marie-Pierre Brunel oscille entre dessin, illustration, édition et peinture. Après un long séjour au sein du Dernier Cri entre 2009 et 2014, où elle s'immerge au coeur de la scène undergraphique tout en développant sa pratique de la sérigraphie, elle intègre comme assistante l'atelier du plasticien Damien Deroubaix.
 
Dans le même temps son travail personnel, essentiellement centré sur les arts graphiques, va évoluer vers une approche résolument picturale en se nourrissant de références telles que le chamanisme, l’art brut ou l'anthropomorphisme, créant ainsi des personnages hybrides dotés de monstruosités et d’anomalies singulières. Jeux de masques, rituels ancestraux, croyances populaires et squelettes d'animaux confèrent une atmosphère sombre et inquiétante aux acryliques grand format de Marie-Pierre Brunel. Elles sont présentées pour la première fois à Paris à l'occasion de l'exposition DARKNESS.
 
© marie pierre brunel courtesy arts factory
marie pierre brunel - "renarde", 2016 - acrylique sur papier entoilé - 150 x 230 cm

DISGRACE / NOBU=WATARU KASAHARA
 
Wataru Kasahara est né en 1968 à Gunma (Japon). Il vit et travaille à Tokyo. Figure de la scène noise / DIY internationale sous ses différents alias (Embudagonn 108, Nobu ...) Wataru Kasahara développe en parallèle à ses activités musicales une production graphique tourmentée, proche d'une certaine forme d'art outsider. A l'encre ou à la mine de plomb, ses dessins foisonnants sont peuplés de monstres dégénérescents copulant frénétiquement avec des humains, dans un décorum fait de corps tronqués, chairs à vif, organes exposés, sécrétions, déjections et autres signes cabalistiques. Les éditions United Dead Artists pilotées par Stéphane Blanquet ont publié deux recueils de ses dessins obsessionnels, Haritsuke (2014) et Psychic Mucus (2015). Wataru Kashara est également un contributeur régulier du tabloïd d'images "La tranchée racine" ou du collectif Le Dernier Cri. DISGRACE est la première présentation d'envergure de son travail en France.
 
© wataru kasahara courtesy arts factory
wataru kasahara - "untitled", 2013 - encre sur papier - 21 x 29,7 cm

> rebecka tollens : sélection webstore !